Rechercher

L'humilité

Mis à jour : févr. 26

L'humilité est une notion très complexe. Dans notre monde occidental (et bientôt la totalité du monde), on privilégie son confort personnel, ses émotions à soi, ses propres blessures dans un contexte de "développement personnel"... et dans un sens, c'est très bien. C'est effectivement en se donnant de l'amour à soi-même qu'on peut enfin apprendre à en donner aux autres. Mais à quel moment prendrons nous le temps, dans ce contexte, de s'intéresser un peu aux autres. En a-t-on réellement un jour terminé de se "développer personnellement" ? Avec des théories comme celle de l'abondance, de la loi d'attraction, nous pensons à nous, à attirer vers nous le bonheur, la liberté, la délivrance... et les autres ? Le piège de l'ego n'est même pas encore appréhendé qu'on nous parle tout d'abord de se mettre au centre de toutes nos préoccupations.


L'humilité va de paire avec la compassion. C'est presque un synonyme. Et l’ego n'y a pas sa place.


Je vais déposer ici une prière : la litanie de l'humilité. Il faut avoir du courage pour accepter de dire toutes ces phrases. La voici :


"O Jésus, doux et humble de cœur, rendez mon cœur semblable au vôtre. De ma volonté propre, délivrez-moi, Seigneur. Du désir d'être estimé, délivrez moi Seigneur. Du désir d'être affectionné, recherché, honoré, loué, préféré, consulté, approuvé, compris, visité, délivrez moi Seigneur. De la crainte d'être humilié, méprisé, rebuté, calomnié, oublié, raillé, soupçonné, injurié, abandonné, refusé, délivrez moi Seigneur. Que d'autres soient plus aimés que moi, accordez-moi Seigneur de le désirer. Que d'autres soient plus estimés que moi, accordez-moi Seigneur de le désirer. Que d'autres grandissent dans l'opinion et que je diminue, que d'autres soient loués et que je sois oublié, que d'autres soient employés et que je sois mis de coté, que d'autres soient préférés en tout, accordez-moi, Seigneur, de le désirer. Que d'autres soient plus saints que moi, pourvu que je le sois autant que je puis l'être, accordez-moi Seigneur de le désirer. D'être inconnu et pauvre, Seigneur, je veux me réjouir. D'être dépourvu des perfections naturelles du corps et de l'esprit, Seigneur je veux me réjouir. Que l'on ne pense pas à moi, qu'on m'occupe aux emplois les plus bas, qu'on ne daigne même pas se servir de moi, qu'on ne me demande jamais mon avis, qu'on me laisse à la dernière place, qu'on ne me fasse jamais de compliment, qu'on me blâme à temps et à contretemps, Seigneur je veux me réjouir."


Il m'a fallu du temps avant de la prononcer, d'en comprendre tout le sens. Demander à désirer quelque chose d'aussi cruel que d'être abaisser... c'est insensé n'est-ce pas ?


En réalité, c'est encore l'expérience qui m'y a aidé. Après un soin spirituel d'une grande intensité, j'avais le sentiment d'avoir tout échoué : ma mission de vie, mais aussi d'avoir fait du mal aux autres, une grande partie de mon existence. J'étais totalement consciente d'être véritablement imparfaite. C'était extrêmement cruel et douloureux de me faire ressentir l'échec d'une façon aussi intense. Mais, n'était-ce pas aussi la seule façon, sur mon chemin à moi, de réaliser la réponse à cette grande question : Qu'est-ce que l'humilité ?


Je n'étais plus la personne que j'avais imaginée : celle-ci était morte. Et je n'avais plus à me battre pour elle. Elle qui voulait, j'en étais consciente, être comprise, aimée, accueillie, célébrée... J'étais aussi petite et même moins qu'une souris et je ne méritais rien de tel. Après beaucoup de souffrance, devant ces constats affligeants, j'ai abandonné ma volonté propre. J'ai abandonné l'idée même d'être aimée... je n'avais plus qu'à Offrir.


Mon cœur s'ouvrait à tout rompre, les préoccupations de l'ego m'étaient étrangères, l'instant présent était mon seul cadeau, la gratitude devant ces instants qu'on voulait malgré tout m'accorder... pour Offrir.


Je n'ai jamais été aussi libre que ce jour où mon ego est mort (pensais-je). Mais l'ego ne meurt jamais vraiment.


Depuis, je le vois et c'est moi qui commande. Je fais l'effort chaque jour de me souvenir et me remettre dans la gratitude de ces instants. Cette litanie m'aide à ne jamais l'oublier.


Les chroniques que j'écrirai ici n'ont d'autres buts que d'apporter témoignage de la Grandeur du Ciel, qui n'est autre que l'Amour (je laisse à d'autres les problèmes de sémantique).


Anne


22 vues

Posts récents

Voir tout

MENTION LEGALE

SIRET 813 109543 000 13

  • Black Facebook Icon